Réflexions

IMPRESSIONS SUR MON OEUVRE

Mon oeuvre actuelle se centre en l’être humain et parfois se centre aussi en ses relations avec les animaux domestiques. J’ai passé d’un procés logique, ce de la fabrication d’objects en céramique que dure depuis quelques anées, à expliquer des sentiments. Derrière l’expresion d’un visage, de la figure d’un enfant, d’un jeune homme ou bien une femme je cherche l’ironie, le chagrain o l’incompréhension, la complicité o l’absurd, en montrant l’évidence d’une image, très souvent aimable, mais qui transmet quelque chose de plus à ce qui la contemple..

Il y a beaucoup de temps que j’ai renoncé a copier d’après la nature, mineral ou vegetal, parce que c’est elle qui gagne toujours. Il n’y a rien comparable aux couleurs, formes et textures naturels. Je me limite à regarder et à toucher. Dans mon travail comme professeure de céramique j’essaie que mes élèves regarden, interpreten et respecten le merveilleux resultat de melanger les matériels et les transformer dans le four, et que dans ce procés ils trouvent un chemin personnel et creatif.

J’aime bien le visage des gents, des adults, des enfants... ses yeux, sa bouche sont si expressifs que j’essaie de les paraliser et de les eterniser, dans l’éphémère éternité de l’argile. Sincèrement je ne voudrais pas qu’ils ne transmettent pas des sensations humaines.

Mes petites filles immobiles et les êtres que j’interprete, parfois renden indépendants, ils ne repondent pas à ce que je veux expliquer et je les laisse faire, ils sabent, mieux que moi, ce qu’ils veulent dire. Son indépendance est fascinante pour moi. Je sais parfaitement que c’est la matière avec laquelle je travaille ce qui conditione les resultats, mais c’est mieux d’imaginer le contraire, cela me fait plus libre. Un petit plis, une texture pas provoqué, me permetent à suivre modelant, d’une autre façon que au début, et le résultat se modifie.

J’essaie un chemin personnel de tendence figurative, qui ne m’ennuie pas du tout, j’ai passé des autres étapes ou j’ai depuré la forme mais je recommence, je reviens au même sujet, mes origines: dessiner et peindre.

Fille, quan je te modèle tes cheveux devienent rouges, j’ia besoin du colorant carmin pour le donner le ton just, la ligne de ta bouche c’est faite avec un couteau, et tes yeux ressemblent des autres que j’avais regardé, ceux qui l’oxyde de fer ou le feldespath font briller.

Monte là, ne tombes pas, tiens, petit enfant birmain, africain où de Barcelonae, souris et regarde ce monde etrange. Quelle chance, fait d’argile tu contiens gran part des materials de l’univers mais ne souffres pas; paralisé et insensible representes ce que je vuex dire, que tu est trist, manipulé et exploité, qu’il te manquent quelques parts de ton corps et de ton âme.8.

La moitié du corps ne manque plus si elle est expressive. Peut être un seul oeil? Mais je te vois toujour triste, souris, ne veux-tu? Moi non plus. Je suis trist aussi. Comme n’être pas triste si tu, petite fille, est victime et bourreau à la fois, inquiete, inhumaine ou tendre et tu pousses en moi impuissances et limitations? Je ne veux pas te modeler, je veux comprimer l’argile tendre, la passer par mes mains, lutter avec elle, valorer son expresivité et ne modeler pas la forme, mais me laisser porter et n’avoir pas des normes, mais... four, dis-lui que ne bouge pas, que ne se casse pas, dis-lui que ton experiènce et la mienne vont lui donner la vie, qu’elle est belle et forte, que tous les deux allons l’aimer et que sûrement elle vivra plus que nous, en arretant une part du temps.

Victimes et embryonnaires

La barbarie des attentats dans le monde, et espécialement l’11 mars à Madrid (Espagne), ont marqué bien mon oeuvre derrièrement. Depuis ce fait, ont apparu des images esculptoriques de gent marqué par la tragedie, de regard inquisiteur: Pourquoi eux? La rage et l’indéference passent aussi par ces visages travaillés en argile teinté avec oxydes metalliques.

L’homme comme être embryonnaire se manifeste pendant toute sa trjectoire vital comme agresseur et agrédit, en personalisant actitudes et formes diverses qui poussent sa propre conscience.

Teresa Gironés Villanua
Estudi: C/Verdi, 44 baixos 08012, Barcelona
www.teresagirones.es
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.